Reclaim Finance

QUINTUPLER LES EFFORTS MAINTENANT


“Les trois prochaines années vont déterminer le cours des 30 prochaines et au-delà”
et “cette année est notre dernière opportunité pour empêcher une remontée des émissions de gaz à effet de serre”. Le message du directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, ne pouvait pas être plus clair : agir demain sera trop tard.

Les acteurs financiers français agissent-ils ? Sans aucun doute pour la majorité d’entre eux. Les soutiens aux renouvelables augmentent, les reporting climat s’étoffent, l’ESG est sur toutes les lèvres et les politiques sur le charbon se multiplient…Mais l’impact de la plupart de ces mesures reste à prouver et le bilan général est sans aucun doute insuffisant pour permettre l’atteinte des objectifs environnementaux et limiter le réchauffement climatique à 1.5°C ou même 2°C.


Un exemple sur le charbon : alors que Paris en est déjà à faire valoir son avance sur les autres places financières, il faudra rappeler que seule une dizaine d’acteurs s’est dotée d’une bonne politique à-même d’en soutenir la sortie.

Un haut dirigeant du milieu de l’assurance disait il y peu : “le climat n’est pas une course à l’échalote”. Exact, il ne s’agit pas de faire mieux que la City, Wall Street ou Singapour mais de faire assez et vite. Sortir du charbon est une étape indispensable mais il faut dès maintenant stopper l’expansion de toutes les énergies fossiles pour en organiser la sortie.

Lucie Pinson, fondatrice et directrice générale

A NE PAS RATER

Il y a tout juste un an, la Place financière de Paris s’engageait à ce que ses membres se dotent d’une stratégie de sortie du charbon d’ici mi 2020. On a fait le bilan et le compte n’y est pas.

Reclaim Finance et les ONG derrière la campagne Unfriend Coal – Insure Our Future révèlent les noms des 15 plus gros assureurs du secteur pétrolier et gazier, parmi lesquels se trouve AXA.

LES DERNIERES POLITIQUES

LA SELECTION DU MOIS

AXA et Amundi/Crédit Agricole, deux investisseurs prompts à rappeler leur engagement contre le réchauffement de la planète, ont voté contre une résolution demandant au plus gros pollueur du CAC 40, Total, d’en faire plus sur le climat.

L’AIE a publié ses mesures de soutien aux énergies propres dans le contexte des plans de relance post-COVID. Mais ces mesures ne tiennent pas compte des objectifs climatiques nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5°C.

Dans un document publié le 24 juin dernier, le NGFS encourage ses membres à adopter une attitude proactive en optant pour des « mesures concrètes ». Il doit aller plus loin en les incitant à exclure les énergies fossiles de leurs opérations.

La Commission Européenne vous demande votre avis à travers une consultation publique qui s’achèvera le 15 juillet 2020. C’est l’opportunité de limiter l’influence du lobby financier et de pousser l’Europe à « verdir » sa finance !

Hors de la scène publique, le nucléaire et le gaz pourraient être réintégrés à la taxonomie verte européenne.

RESSOURCES ET INFOS CLES

Vous avez une suggestion, écrivez à Lucie Pinson.


Facebook


Twitter


LinkedIn


Youtube