Essen | 26 juin 2020

Le 7e investisseur de RWE dénonce une entreprise “en désaccord” avec les objectifs de l’Accord de Paris.
L’entreprise allemande veut maintenir ses centrales au lignite en service jusqu’en 2038.

Focus : La destruction en cours des villages dans les zones d’exploitation du lignite pourrait être évitée

 

 

Le jour de l’assemblée générale annuelle des actionnaires de RWE, Amundi – 7e actionnaire de l’entreprise et l’un des plus grands gestionnaires d’actifs au monde – a publiquement critiqué la stratégie de retrait progressif du charbon de RWE, la qualifiant de “contraire” à l’objectif de 1,5°C de l’accord de Paris sur le climat.

Dans la lettre, Amundi déclare “...nous voulons exprimer notre surprise face aux plans de RWE de maintenir la plupart de sa production d’électricité au lignite en Allemagne jusqu’en 2038, bien au-delà de l’échéance 2030 du groupe Crédit Agricole“. La lettre poursuit en insistant sur le fait que cela serait non seulement en contradiction avec les nécessités climatiques mais aussi avec le projet de RWE de “devenir un leader dans la transition énergétique“. Amundi attend de RWE que l’entreprise fournisse un plan d’élimination progressive du charbon “pleinement conforme aux recommandations de la science du climat“.

Lucie Pinson, directrice de l’ONG Reclaim Finance, commente :

Très récemment, le fonds de pension du gouvernement norvégien a annoncé la fin de ses investissements dans RWE. La prise de position de l’un des plus gros gestionnaires d’actifs au monde contre la stratégie de l’entreprise révèle une forte perte de confiance des actionnaires à l’égard de ses dirigeants. RWE doit tenir compte de cet appel et adapter de toute urgence sa stratégie énergétique“.

Katrin Ganswindt, responsable de la campagne “Énergie et finances” à Urgewald, déclare

Avec le soutien de l’Accord de Paris sur le papier, RWE ne fait que des déclarations de pure forme pour calmer ses investisseurs. En réalité, les actions de l’entreprise menacent l’Accord de Paris sur le climat. Nous espérons que l’exemple d’Amundi incitera d’autres grands actionnaires comme Blackrock et la Deutsche Bank à exiger un changement. Alors que les gouvernements peuvent poser les jalons de la transition énergétique, les créanciers et les investisseurs doivent mettre les entreprises sur la bonne voie ou les désinvestir d’une autre manière“.

Alors que la pression des investisseurs augmente, une large coalition d’ONG européennes appelle la société énergétique allemande RWE à accélérer sa sortie du charbon et à cesser de détruire d’autres villages afin d’étendre ses mines de lignite. Aujourd’hui, des actions de protestation locales et numériques sont prévues par des ONG allemandes et internationales, dont une action de protestation commune de plusieurs groupes climatiques opposés au charbon et au nucléaire devant le siège de RWE à Essen entre 9h et 12h CEST.

 

 


Contexte du plan d’élimination progressive du charbon de RWE et des compensations gouvernementales

 

 

À la suite de discussions avec le gouvernement allemand, RWE a présenté un plan d’élimination progressive du charbon en janvier dernier. L’entreprise affirme avoir “fait tout ce qu’elle peut”, mais en fait, RWE prévoit de ne fermer que les unités de charbon déficitaires et déjà en grande partie inactives au cours des trois prochaines années, ce qui ne contribuera pas à la réduction du CO2 qui s’impose de toute urgence. RWE prévoit d’attendre la fin 2028 et 2029 pour procéder à d’autres fermetures de centrales au charbon et souhaite maintenir en service jusqu’à fin 2038 plus de 3 GW de capacité de production de lignite particulièrement néfaste pour le climat.

RWE est sur le point de recevoir une compensation gouvernementale de 2,6 milliards d’euros pour la fermeture de ces centrales au lignite, à la suite de négociations avec le gouvernement allemand. Il n’est pas certain que la Commission européenne approuve le paiement étant donné que le plan de sortie du charbon de RWE est loin d’être ambitieux.

Katrin Ganswindt, responsable de la campagne “Énergie et finances” de l’ONG allemande Urgewald, déclare :

La date de 2038 pour la fermeture définitive des centrales au charbon en Allemagne est trop tardive pour que l’Allemagne et l’Europe puissent respecter les engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat. Jusqu’à présent, l’entreprise ne ferme les actifs charbon que lorsqu’elle y est contrainte, soit par de nouvelles lois, soit par le marché. Il est étrange que RWE reçoive des milliards de dollars de compensation publique pour un plan qui va créer de nouveaux risques climatiques. Une stratégie conforme à celle de Paris inclurait une élimination progressive du charbon d’ici 2030, avec une fermeture des centrales au charbon par des énergies renouvelables uniquement“.

 

 


Dommages massifs pour les villageois en raison de l’extraction de lignite en cours

 

 

Le lent retrait du charbon crée des menaces massives, en particulier pour les villages des zones d’extraction de lignite de RWE en Allemagne de l’Ouest. Malgré la sortie prévue en Allemagne, les mines de lignite de RWE devraient encore détruire sept villages, de grandes quantités de terres agricoles, des sites environnementaux préservés et quatre églises. Une grande partie du millier de personnes qui vivent encore dans la région touchée résistent à ces installations.

Une étude récemment publiée par l’Institut allemand de recherche économique (DIW) et l’Université technique de Berlin montre qu’il est possible de maintenir la stabilité du niveau d’approvisionnement énergétique sans avoir à délocaliser d’autres villages, même dans un scénario de sortie tardive du charbon d’ici 2038.

David Dresen, porte-parole du groupe d’action des villageois touchés “Alle Dörfer bleiben ! (“Tous les villages restent !”), commente :

Plusieurs villageois ont déjà informé RWE qu’ils ne vendront leurs terres en aucun cas. Ils iront jusqu’à la Cour constitutionnelle fédérale pour faire valoir leurs droits de propriété. Pour que RWE puisse poursuivre son exploitation à ciel ouvert comme prévu, les juges devront accorder le droit d’exproprier des personnes pour l’extraction de lignite. À la lumière de la crise climatique, il est plus que jamais douteux que RWE reçoive ces subventions. Cela pourrait mettre un terme à l’expansion de la mine de Garzweiler II et en faire un risque de réputation, en plus d’un risque économique pour l’entreprise“.
  1. RWE stretches to the limit by agreeing to caol phase out proposal
  2. RWE: Overview of agreement on RWE’s lignite phase-out, Jan 2020, p.3; see download option under this press release.
  3. DIW, 2020, p.40-42: Garzweiler II: Examination of the energy economic necessity of the opencast mine (German).