Paris, le 12 mai – Une majorité d’acteurs financiers français n’a toujours pas adopté de politiques visant à réduire leur exposition aux secteurs d’activité pétro-gaziers les plus risqués, selon le Scan de la Finance Fossile, publié aujourd’hui par Reclaim Finance (1). Faisant écho à l’appel de Bruno Le Maire demandant à la place financière de Paris de sortir des pétroles et gaz non conventionnels, Reclaim Finance a passé au crible les politiques adoptées par 56 acteurs financiers sur ces secteurs. Devant un bilan alarmant, l’ONG et ses partenaires les appellent à réagir avant la COP 26 et à ne plus soutenir les entreprises qui développent de nouveaux projets les plus risqués comme ceux de gaz et pétrole de schiste ou en Arctique.

Publié avec le soutien des Amis de la Terre France, d’Oxfam France et de 350.org, le Scan de la finance fossile analyse les politiques adoptées par les banques, assureurs et investisseurs français dans 5 secteurs qui concentrent le plus de risques pour le climat, les populations et la biodiversité et aussi pour les acteurs financiers euxmêmes : sables bitumineux, gaz et pétrole de schiste et gaz naturel liquéfié, forages en Arctique et en eaux très profondes. Sur 56 acteurs, seulement 22 ont une politique visant les sables bitumineux, 13 sur 56 se sont positionnés contre les forages en Arctiques, 16 sur les gaz de schiste, 6 sur le GNL et 4 sur les forages offshore très profonds. Pire, aucun acteur n’a encore adopté de politique pour endiguer l’expansion dans ces secteurs. L’analyse pourrait gêner Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances qui a appelé les acteurs de la Place financière de Paris à adopter des stratégies de sortie des pétrole et gaz non conventionnels. Parmi les acteurs sans aucune politique figurent des géants financiers comme Amundi et Lyxor, qui fait partie du groupe Société Générale.

“La situation est alarmante et le silence assourdissant. En pleine urgence climatique et à quelques mois de la COP26, on constate que la place financière de Paris soutient toujours les entreprises à l’avantgarde de l’expansion pétrolière et gazière, y compris dans les secteurs d’activité les plus risqués et nocifs pour le climat, la biodiversité et les populations. Addicte aux pétrole et au gaz, la place de Paris ignore complètement la commande politique de Bruno Le Maire qui souhaite faire de Paris la capitale de la finance verte” souligne Alix Mazounie, chargée de campagne finance zéro fossile à Reclaim Finance.

L’évaluation montre également que lorsque les politiques existent, elles sont trop lacunaires pour permettre de réellement réduire les soutiens des acteurs financiers au pétrole et au gaz non conventionnels. C’est par exemple le cas de BNP Paribas dont les soutiens aux gaz de schiste ont augmenté malgré l’adoption d’une politique sur le secteur en 2017. C’est aussi le cas de Crédit Agricole qui,malgré sa politique d’exclusion sur l’Arctique, compte parmi les 10 premiers financeurs de projets en Arctique, puisqu’il est aussi premier financeur de Total.

Clément Faul, analyste à Reclaim Finance, commente : “Les acteurs financiers jouent le rôle des Tartuffes sur le climat: leurs politiques pétrole et gaz sont rédigées de manière à faire l’impasse sur les majors pétrolières et gazières. C’est comme ça que AXA, le Crédit Agricole et BNP Paribas peuvent encore soutenir Total et ses projets d’expansion en Arctique malgré leurs politiques affichant qu’ils ne financent plus de projets en Arctique. Il en va de même pour leurs soutiens à Shell qui bénéficie de leur loyauté alors que l’entreprise compte parmi les plus gros développeurs de gaz de schiste, une véritable bombe à retardement climatique”.

Dans quelques mois se tiendra à Glasgow la conférence internationale la plus importante sur le climat depuis la COP21. Reclaim Finance lance l’alerte auprès des acteurs financiers français pour qu’ils revoient leur copie d’ici là (4), et annoncent des premières mesures, comme la fin immédiate de tous soutiens à des entreprises qui développent de nouveaux projets dans les sables bitumineux, les gaz de schiste et liquéfiés, forages en Arctique et en eaux profondes.

Contacts presse:

  • Lucie Pinson, fondatrice et directrice, lucie@reclaimfinance.org, +33 (0)6 79 54 37 15
  • Angus Satow, chargé de relations médias à Reclaim Finance, angus@reclaimfinance.org, +447847754046

Notes :

  1. Découvrez l’outil et sa méthodologie.
  2. Lire notre explication de cette sélection de sous-secteurs.
  3. Lire le briefing complet sur l’outil et ses conclusions.
  4. Lire le Courrier Reclaim Finance Fossile.