Paris, 8 Juin 2021 – Deux semaines après la validation de sa ‘stratégie climat’ lors de son Assemblée Générale (AG), Total poursuit son oléoduc controversé dans l’Est de l’Afrique. La major pétrolière a publié un appel d’offre destiné aux courtiers en assurance/réassurance pour le projet situé entre Ouganda et Tanzanie (East African Crude Oil Pipeline). Une coalition internationale d’organisations appelle les ré/assureurs dont des leaders du secteur tels Scor et Axa, à rejeter l’appel d’offre et à ne pas soutenir le projet à cause de son futur impact sur le climat, la biodiversité et les droits humains.

L’offre arrive à un moment difficile pour Total, qui a fait face aux critiques publiques sur ses plans climatiques de la part de ses investisseurs, dont presque 20% ont refusé de soutenir sa stratégie climatique dans un vote important lors de son AG. Les efforts de Total pour mobiliser les assureurs pour EACOP arrivent juste après que plusieurs des plus grandes banques au monde, comme Barclays et BNP Paribas, se sont engagés publiquement à ne pas financer le projet, dont certaines le qualifiant de « trop dure à défendre ». Le communiqué a été publié comme une réponse aux demandes de plus en plus fortes de #StopEACOP, qui les a interpellé avec une lettre signée par plus de 260 organisations de la société civile.

Lucie Pinson, directrice de l’ONG Reclaim Finance commente : “les banques françaises se sont déjà engagées à ne pas financer EACOP, et tous les yeux sont maintenant rivés vers Axa qui est leader sur la Net Zero Insurance Alliance. Axa a récemment remis en cause la portée réelle de sa stratégie climat en votant pour la stratégie de greenwashing de Total. Il est temps de se rattraper et d’annoncer publiquement qu’il ne va pas assurer ce projet ou tout autre projet de production pétrole et gaz développé par les majors françaises, en ligne avec le dernier scénario de l’AIE. Aucun assureur responsable ne doit soutenir la construction de cet énorme pipeline en plein milieu de la crise climatique, particulièrement avec les impacts que ce projet aura sur la nature et les droits humains. »

L’appel d’offre vient après que l’Agence internationale de l’énergie, dans un renversement de son ancienne position, ait récemment conclu “qu’il n’y a aucun besoin dans de nouveaux investissements dans la production d’énergies fossiles” pour respecter une trajectoire net-zero pour 2050. Elle confirme ainsi que les assurances n’ont plus aucune justification à assurer de nouveaux projets de charbon, pétrole et gaz.

Plus récemment, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies a dit à l’industrie de l’assurance : « nous avons besoin d’engagements net-zero pour couvrir vos portefeuilles assurantiels et cela doit inclure vos activités de couverture d’assurance pour le charbon – et toutes les énergies fossiles ». Scor, dont l’AG aura lieu vers la fin du mois, fait partie de la Net-Zero Insurance Alliance – Pinson exige de l’assureur qu’il “montre du leadership sur le climat” en renonçant à soutenir l’EACOP.

Lindsay Keenan de Insure Our Future: “Cet appel d’offre destiné aux courtiers montre clairement que Total va bientôt lui aussi chercher des réassureurs internationaux pour son projet. Nous appelons donc les entreprises clés du secteur tels que Allianz, AXA, SCOR, Munich Re, Swiss Re and Zurich à être cohérentes avec leurs engagements net-zéro et à s’engager à ne pas fournir de couverture d’(ré)assurance à EACOP puisque celui-ci est incompatible avec l’Accord de Paris.”

EACOP menace les ressources en eau et les moyens de subsistance de millions de personnes dans le bassin du lac Victoria, mais aussi la plus importante réserve mondiale d’éléphants, lions et chimpanzés. A pleine capacité, le pipeline transportera suffisamment de pétrole pour générer plus de 34 millions de tonnes supplémentaires d’émissions de CO2 chaque année.

Prince Papa, coordinateur de programme pour Global Catholic Climate Movement (Afrique) : “L’Uganda et l’Afrique de l’Est peuvent être les leaders climatiques dont le monde a besoin. Nous avons le potentiel pour être pionniers d’un modèle d’énergie propre et de façonner un futur sans énergie fossile à la fois prospère et sain. EACOP est un projet du 18ème siècle, et un que ni l’Uganda, ni le monde ne peuvent se permettre aujourd’hui. Le projet amène déjà au déplacement des communautés locales, met en danger des espèces menacées et la biodiversité, et amène le monde à la catastrophe climatique. ”

L’appel d’offre mentionne que EACOP nécessite des assureurs et réassureurs solvables. Total a ouvert le processus jusqu’au 19 juin. Les courtiers seront par exemple responsables de la recherche de réassurance sur les marchés internationaux.

David Pred, directeur exécutif de Inclusive Development International: “Nous appelons les plus grands courtiers en ré/assurances tels que Marsh, AON, Willis Towers Watson et Arthur J Gallagher à montrer leur leadership climatique en ne répondant pas à cet appel d’offre et en annonçant publiquement qu’ils ne fourniront aucun service à EACOP à cause de son évidente incompatibilité avec les objectifs de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement global à 1.5°C.”

Contact presse :