Communiqué de presse, Paris, 4 janvier 2022

22 banques, dont BNP Paribas, HSBC et UBS, approchent les investisseurs à partir d’aujourd’hui pour les appeler à investir dans une obligation de 4 milliards de dollars que l’Autorité Aéroportuaire de Hong Kong tente de lever pour financer une troisième piste de l’aéroport international de la ville (1). L’une des tranches proposées sera une obligation verte d’une maturité de 5 ans. Ce projet représente un risque sérieux pour le climat et la biodiversité, et notamment pour le dauphin blanc de Chine, une espèce menacée. Reclaim Finance dénonce la participation des banques et appelle les investisseurs à ne pas participer à l’opération pour éviter un risque important de greenwashing et de réputation.

Le projet fait partie du plan d’expansion de l’aéroport international de Hong Kong (HKIA) qui a débuté en 2016 et devrait être entièrement achevé en 2024 (2). Selon Airport Tracker, l’aéroport émet actuellement l’équivalent des émissions annuelles de CO2 de trois centrales à charbon. Or, l’ampleur de l’expansion sera équivalente à la construction d’un nouvel aéroport à côté de l’existant (3).

En plus de son impact sur le climat, le projet menace les derniers dauphins blancs de Chine qui subsistent dans les eaux de Hong Kong (4). Également appelé dauphin rose, cette espèce est menacée d’extinction et figure à l’annexe I (le niveau de protection le plus élevé) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). C’est l’une des nombreuses espèces marines qui verront leur habitat détruit, sans compter la pollution hydrique, sonore et atmosphérique causée par le projet.

“L’émission d’une obligation verte pour un projet aussi dévastateur a peut-être été autorisée (5) mais les risques pour le climat et la biodiversité associés au projet parlent d’eux-mêmes : étiqueter ce projet comme vert est du greenwashing de haut vol. Les investisseurs honnêtes devraient tout simplement se tenir à l’écart de cette obligation” déclare Lucie Pinson, directrice de Reclaim Finance.

Au-delà de la question de l’étiquetage d’une partie du projet comme étant vert, la participation de 11 banques qui ont rejoint la Net-Zero Banking Alliance soulève des doutes sur la crédibilité de leurs engagements climatiques et sur la manière dont elles comptent atteindre leur objectif net zéro tout en soutenant la croissance du trafic aérien. Ces banques sont ANZ, Bank of America, BNP Paribas, Citibank, Credit Suisse, HSBC, J.P. Morgan Chase, Mizuho, Morgan Stanley, Standard Chartered et UBS.

La croissance du trafic aérien a entraîné une augmentation de 42 % des émissions de CO2 entre 2005 et 2019, même en tenant compte des améliorations continues de l’efficacité énergétique des avions (6). Une étude du Shift Project qui a analysé deux scénarios de décarbonisation du secteur de l’aviation par la technologie montre que le secteur ne pourrait pas s’aligner de manière réaliste sur une trajectoire de 2°C sans réduire la croissance du trafic (7).

” Lorsque des banques, telles que BNP Paribas, HSBC et UBS, réécrivent le dictionnaire pour repeindre en vert un aéroport, nous ne pouvons que remettre en question toute la crédibilité de leurs engagements climatiques. Nous appelons les institutions financières à s’engager publiquement à ne soutenir aucun projet qui favorise la croissance du trafic aérien ” ajoute Lucie Pinson.

L’autorité aéroportuaire de Hong Kong n’est pas la première société aéroportuaire à émettre une obligation verte pour financer l’expansion de ses infrastructures. Selon les recherches de Reclaim Finance, au moins 5 autres sociétés l’ont fait depuis la première émission obligataire du Mexico City Airport Trust en 2016 (8).  

Notes :

  1. L’information a été rendue publique hier sur le terminal Bloomberg et rapportée par plusieurs médias. Parmi les banques impliquées sont BofA Securities, BNP Paribas, HSBC, JPMorgan, Standard Chartered Bank et UBS en tant que Joint Global Coordinators, Joint Bookrunners et Joint Lead Managers; ANZ, Barclays, Bank of China, Citigroup, Credit Suisse, Mizuho Securities et Morgan Stanley as Joint Bookrunners et Joint Lead Manager.
  2. La construction de la piste nécessite également la construction d’autres installations, comme un nouveau terminal et un nouveau hall pour les passagers, qui seraient terminés d’ici 2024.
  3. Les données concernant les émissions actuelles proviennent de https://airporttracker.org. La nouvelle piste permettra de porter la capacité de l’aéroport de Hong Kong à 120 millions de passagers par an et la capacité de fret à 10 millions de tonnes par an. Voir la page internet de la société.
  4. À Hong Kong, le nombre de dauphins blancs a chuté de plus de 80 % au cours des 15 dernières années. En 2020, les estimations indiquent qu’il ne reste en moyenne que 32 dauphins blancs de Chine dans les eaux de Hong Kong. Voir une étude du WWF, ainsi que l’alerte lancée dès 2016 sur les impacts d’une extension de l’aéroport.
  5. Les références “vertes” de cette entreprise ont été certifiées par l’Agence d’assurance qualité de Hong Kong (HKQAA) dans le cadre de son dispositif de certification de la finance durable et des obligations vertes. Plus généralement, Sustainalytics, une filiale de Morningstar, a récemment validé le cadre pour la finance durable de l’Autorité Aéroportuaire.
  6. The contribution of global aviation to anthropogenic climate for 2000 to 2018, Lee et al, Atmospheric Environment, 2020, 117834, ISSN 1352-2310.
  7. Flying In 2050 : What Aviation In A Constrained World, Shift Project, 2021.
  8. Les autres entreprises sont le Mexico City Airport Trust, le Royal Schiphol Group, Swedavia, Aeroporti di Roma Group et Incheon International Airport Corporation.

Contacts média

  • Angus Satow, Relations médias, angus@reclaimfinance.org, +447847754046 (London)
  • Lara Cuvelier, chargée de campagne, lara@reclaimfinance.org, +33668451893 (Paris)