À Paris, le jeudi 21 octobre 2021. Alors que MAIF vient d’annoncer une politique visant à stopper l’expansion pétro-gazière et à sortir des énergies fossiles non conventionnelles d’ici 2030, Reclaim Finance et un collectif d’ONG comprenant Greenpeace France, SumOfUs et Insure Our Future appellent AXA à suivre son exemple et à mettre un terme à ses couvertures d’assurance à tous nouveaux projets pétroliers et gaziers. Son PDG, Thomas Buberl, devrait faire des annonces aux contours encore indéfinis lors du Climate Finance Day qui se tiendra à Paris le 26 octobre prochain

AXA a une longue histoire de leadership en matière de climat mais il est à craindre que le géant de l’assurance ne renonce pas pour autant à assurer de nouveaux projets pétroliers et gaziers. Si AXA est à l’origine de la sortie de l’industrie de l’assurance du secteur du charbon (1), le groupe n’a que des restrictions minimalistes sur les hydrocarbures et demeure l’un des principaux assureurs de l’industrie pétrolière et gazière (2).

Au moyen d’une pleine page de publicité dans le Financial Times (3), d’une lettre ouverte (4) et d’une pétition (5), qui a déjà recueilli 62000 signatures, les ONG entendent rappeler l’assureur à ses responsabilités en tant que deuxième plus grande compagnie d’assurance au monde et chef de file de la Net-Zero Insurance Alliance (6).

Lucie Pinson, directrice de Reclaim Finance déclare : “Le PDG d’AXA, Thomas Buberl, a un choix clair à faire entre assurer le chaos climatique ou protéger l’avenir de l’humanité. L’arrêt de tous contrats d’assurance à l’expansion pétro-gazière est une condition sine qua non à l’atteinte de la neutralité carbone. AXA doit répondre à cet impératif scientifique, au risque sinon de manquer à ses propres engagements et perdre en une journée le capital réputationnel gagné en plusieurs années”.

L’Agence Internationale de l’Energie a confirmé la semaine dernière dans son rapport phare, le World Energy Outlook, qu’aucun nouveau champ pétrolier et gazier n’est nécessaire dans un scénario permettant l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Pour Peter Bosshard, coordinateur de la campagne Insure Our Future : “ le leadership d’AXA en matière de climat est en jeu. Thomas Buberl doit suivre la science et exclure tout soutien à de nouveaux projets pétroliers et gaziers, maintenant.”

AXA prépare actuellement une politique sur le pétrole et le gaz et devrait la présenter lors du Climate Finance Day à Paris le 26 octobre. MAIF, désormais engagé en faveur de la neutralité carbone à travers l’alliance Net-Zero Asset Owner Alliance, n’a pas attendu ce rendez-vous pour prendre des mesures en accord avec l’urgence climatique et ses promesses. L’assureur a annoncé sa volonté de ne plus investir dans les entreprises développant de nouveaux projets pétroliers et gaziers et son engagement à être sortis des pétrole et gaz non conventionnels d’ici 2030 (7). 

Leyla Larbi, chargée de campagne senior chez SumOfUs, souligne que : “62000 personnes appellent AXA à tenir ses promesses vertes et à redéfinir les règles du jeu en rendant les projets pétroliers et gaziers non assurables à leur tour.”

Lucie Pinson conclut : “Nous donnons rendez-vous au 26 octobre à tous les clients d’AXA désireux de s’assurer auprès d’un acteur ayant à coeur la protection de leur avenir. Si son PDG Thomas Buberl n’annonce pas l’arrêt de ses soutiens à l’expansion pétro-gazière, ils n’auront plus qu’une chose à faire: ne pas renouveler leurs propres contrats et s’assurer auprès de la MAIF”. 

Contacts presse :

  • Lucie Pinson, Reclaim Finance, lucie@reclaimfinance.org, +33 6 79 54 37 15
  • Leyla Larbi, SumOfUs, leyla@sumofus.org, +33 7 50 96 01 30

Notes :

  1. AXA a été le premier grand assureur à se désinvestir de l’industrie du charbon en 2015 et à cesser d’assurer les projets de charbon en 2017 et à adopter une politique globale et robuste de sortie du charbon en 2019. Plus tôt cette année, AXA a également pris l’initiative de lancer la Net-Zero Insurance Alliance. À ce jour, 33 grands assureurs ont suivi AXA et restreint leurs souscriptions de charbon.
  2. AXA est un des 15 plus gros assureurs de l’industrie pétro-gazière. L’assureur n’a que des restrictions sur les sables bitumineux et l’Arctique, faisant moins bien que les banques françaises pourtant peu avancées sur le sujet. AXA n’a par exemple pas de politique sur les gaz et pétrole de schiste et n’a pas encore exclu le projet de terminal GNL Brunsbüttel de Gasunie. En outre, une étude à venir de la campagne Insure Our Future montre qu’AXA continue d’assurer l’exploration d’énormes réserves de pétrole et de gaz, y compris dans des écosystèmes fragiles près de l’embouchure de l’Amazone qui abritent des baleines bleues, des lamantins et d’autres espèces menacées.
  3. Voir la publicité parue dans le Financial Times, maquette et page imprimée.
  4. Lire la lettre ouverte signée par Reclaim Finance, Insure Our Future, Greenpeace, SumOfUs, Le Mouvement, Urgewald, Les Amis de la Terre.
  5. Voir la pétition sur le site de SumOfUs
  6. En plus d’être à l’initiative de la Net-Zero Insurance Alliance, AXA est membre de la Net-Zero Asset Owner Alliance et de la Net Zero Asset Managers Initiative à travers AXA IM.
  7. Voir le communiqué de la MAIF publiée aujourd’hui