Communiqué de presse – Lundi 8 Novembre 2021 – Une semaine après le lancement de la COP26, AXA IM, qui gère plus de 869 milliards d’euros d’actifs, annonce aujourd’hui de nouveaux engagements climatiques. AXA IM est un membre fondateur de la Net-Zero Asset Managers’ Initiative et avait publié la semaine dernière des objectifs de réduction de ses émissions à 2030.

  • AXA IM annonce aujourd’hui de nouveaux critères d’exclusion pour les pétrole et gaz non conventionnels, en s’alignant avec les critères annoncés au niveau groupe. Nos recherches basées sur les données de la GOGEL montrent cependant que les critères ne couvrent pas les entreprises responsables de plus de la moitié des projets d’expansion pétrolière et gazière.
  • La politique d’engagement d’AXA IM fixe désormais une période d’engagement limitée dans le temps pour les “retardataires climatiques”. Cependant, le flou demeure sur ce que seront les “demandes claires” qui seront faites et si des lignes rouges ont été définies pour éviter de laisser trois années complètes aux entreprises les plus polluantes.

Pour Lara Cuvelier, chargée de campagne investissements à Reclaim Finance : 

” AXA IM a déjà fait preuve de leadership en matière de climat, étant l’un des seuls membres de la Net Zero Asset Manager Initiative (NZAMI) à avoir adopté une politique robuste de sortie du charbon. Après avoir réitéré la semaine dernière son engagement à devenir “net zéro” d’ici 2050, AXA IM s’attaque maintenant à la question du pétrole et du gaz, avec des résultats mitigés. AXA IM a fait un pas en avant aujourd’hui avec de nouveaux critères d’exclusion pour le pétrole et le gaz non conventionnels, suivant ainsi sa maison mère AXA. Malheureusement, le gestionnaire d’actifs ne suit pas les préconisations de l’AIE sur les énergies fossiles : AXA IM se laisse encore le droit d’investir dans les entreprises responsables de plus de 56% de l’expansion pétrolière et gazière actuellement prévue. 

“Il est par ailleurs positif qu’AXA IM réaffirme que l’engagement doit être couplé au désinvestissement, et donc que toutes les entreprises pétrolières et gazières seront soumises à la menace du désinvestissement. Mais la période d’engagement de trois ans pour les retardataires en matière de climat est trop longue et les lignes rouges provoquant l’exclusion ne sont pas précisées. Quelles seront les “demandes claires” adressées à ces entreprises ? Ont-elles été définies ? Une réponse simple : AXA IM devrait exclure dès aujourd’hui les entreprises ouvrant de nouveaux champs pétroliers et gaziers.”

Contact presse :

  • Lara Cuvelier, chargée de campagne investissements soutenables : +33(0)668451893, lara@reclaimfinance.org