Assemblée générale de TotalEnergies

Appel aux investisseurs pour un plan climat crédible et la fin de l’expansion pétro-gazière.

TOTALENERGIES : UN PLAN DANGEREUX POUR LE CLIMAT

Contrairement à ce qu’elle proclame, TotalEnergies est loin d’être une entreprise en transition. Elle continue d’augmenter sa production d’hydrocarbures et de développer de nouveaux projets – comme Tilenga/EACOP et Mozambique LNG en Afrique de l’Est. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sont pourtant clairs : rester sur une trajectoire 1,5°C implique de stopper le développement de nouveaux projets pétroliers et gaziers dès 2022.

Pire, TotalEnergies maquille ses orientations climaticides derrière un “plan climat” qu’elle souhaite faire valider par ses actionnaires lors de son assemblée générale (AG) le 25 mai prochain. Or ce plan est aussi incomplet que peu ambitieux, comme l’a notamment confirmé l’analyse d’un groupe de 700 investisseurs. Surtout, ce plan consacre la stratégie d’expansion fossile de TotalEnergies : avec plus de 70% de ses investissements dédiés aux énergies fossiles dont 2,6 à 3,2 Mds€ par an pour de nouveaux projets, TotalEnergies est le premier “expansionniste” en Europe et le 7ème plus important au niveau mondial.

Résultat : TotalEnergies aura consommé l’intégralité de son budget carbone compatible avec l’objectif de limitation du réchauffement à 1,5°C dès 2035 et aura émis, en 2050, un surplus de 32% de gaz à effet de serre par rapport à ce budget.

En savoir plus sur le problème climat de Total

LES ACTIONNAIRES DOIVENT VOTER CONTRE CE FAUX PLAN CLIMAT

La stratégie climaticide de TotalEnergies est rendue possible par la complicité des acteurs financiers, notamment des investisseurs actionnaires de l’entreprise qui ont validé ce faux plan climat en 2021.

Sous prétexte d’accompagner la transition de l’entreprise, les investisseurs font preuve d’une grande complaisance à l’égard de TotalEnergies. Ils ferment les yeux sur les ravages environnementaux et humains causés par les activités de l’entreprise en Afrique et brandissent les miettes de progrès concédés par la société pour justifier le maintien de leurs soutiens.

TotalEnergies consultera de nouveau ses actionnaires sur son plan climat lors de son Assemblée générale du 25 mai 2022 – aucune des deux résolutions climat déposées par des actionnaires ne sera en revanche soumis à un vote. Alors que le GIEC a rappelé l’urgence à agir, les investisseurs engagés pour le climat doivent enfin voter en cohérence avec leurs propres engagements climat : ils doivent s’opposer à une stratégie qui ne prévoit une baisse des émissions de la société de seulement 6 à 7% d’ici 2030 alors qu’eux ont, à travers les alliances pour la neutralité carbone, comme objectif de baisser leurs émissions de 50% à cet horizon. Au-delà de l’exercice consultatif du “Say on Climate”, il est urgent qu’ils sanctionnent concrètement la stratégie d’expansion de TotalEnergies.

Lors de la prochaine AG, les investisseurs soucieux du climat doivent donc :

  • Voter contre le faux plan climat de TotalEnergies.
  • S’opposer au renouvellement des membres du conseil d’administration de l’entreprise, comptables de son inaction climatique et de sa stratégie expansionniste.
Lire la lettre inter-ONG aux investisseurs de TotalEnergies

LA RESPONSABILITÉ DES ACTEURS FINANCIERS FRANÇAIS

Les banques françaises et la société AXA, via leur branche d’investissement, ont une responsabilité particulière.

Elles soutiennent toutes TotalEnergies et figurent parmi ses principaux actionnaires. Lors de l’AG du 25 mai 2022, elles devront mettre leurs actes en accord avec leurs propres engagements. 

doit voter contre le plan climat de TotalEnergies

Après s’être opposé en 2020 à la première résolution d’actionnaire demandant à Total d’en faire plus pour le climat, AXA a approuvé en 2021 le faux plan climat de la major française pour saluer la démarche de consultation des actionnaires, tout en indiquant qu’il serait “crucial que Total et le reste de l’industrie pétrolière et gazière continuent à relever leur ambition [climatique]. L’analyse de CA100+ – dont AXA est membre – montre clairement que l’ambition du plan proposé par TotalEnergies en 2022 reste très insuffisante. Il importe donc qu’AXA en tire les conséquences et s’y oppose.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

doit voter contre le plan climat de TotalEnergies

Si Crédit Agricole est le premier financeur de TotalEnergies, Amundi, sa filiale, en est le deuxième plus important actionnaire, derrière BlackRock. Amundi a jusqu’à présent fait primer sa relation de proximité avec TotalEnergies sur une action cohérente avec ses engagements climatiques. Après s’être opposé en 2020 à la première résolution d’actionnaire demandant à Total d’en faire plus pour le climat, Amundi a voté en faveur du plan climat défaillant de l’entreprise en 2021. Mais depuis, Amundi a multiplié les prises de positions en faveur d’une consultation des actionnaires sur des plans climat plus ambitieux et comprenant des critères qu’on ne retrouve pas dans celui de TotalEnergies. Cette année, Amundi fera-t-il preuve de conséquence et trouvera-t-il (enfin) le courage de voter contre TotalEnergies ?

doit voter contre le plan climat de TotalEnergies

BNP Paribas est le second plus important financeur de TotalEnergies et sa filiale de gestion d’actif figure parmi ses principaux actionnaires. La proximité des deux sociétés est telle que le président du Conseil d’Administration de BNP Paribas est par ailleurs administrateur de TotalEnergies. Membre de son comité RSE depuis 2016, il sollicite un troisième mandat lors de la prochaine AG. Malgré tout, si BNP Paribas AM avait soutenu le pseudo plan climat de Total en 2021, il n’avait pas osé s’opposer à la résolution des actionnaires demandant à Total d’en faire plus pour le climat en 2020: cette année, saura-t-il faire primer l’urgence climatique sur les relations commerciales et personnelles ?                                                                                                                                                                                                                                                                

doit voter contre le plan climat de TotalEnergies

Sur le papier, la Banque Postale et sa filiale d’investissements LBPAM sont de bons élèves. LBPAM avait été à l’initiative du dépôt d’une résolution chez TotalEnergies en 2020 et s’était opposé au faux plan climat de l’entreprise en 2021. Toutefois, le doute commence à monter s’agissant de la crédibilité des engagements climatiques de LBPAM. Contrairement à sa maison mère, LBPAM n’a toujours pas adopté de politique sur le pétrole et le gaz et son retrait abrupt du dépôt d’une résolution d’actionnaires en 2022 jette un doute sur son engagement à limiter le réchauffement à 1,5°C. LBPAM saura-t-il confirmer sa démarche d’engagement exigeante, en votant à nouveau contre le plan climat de TotalEnergies ?                                                                                                                                                                                                                                                   

va voter pour le climat !

En 2020, les Assurances du Crédit Mutuel et Crédit Mutuel AM avaient participé au dépôt d’une résolution actionnariale chez TotalEnergies. En 2021, le gestionnaire faisait un second pas, en s’abstenant sur le vote du faux plan climat de l’entreprise. Cette année, Crédit Mutuel a annoncé publiquement qu’il voterait contre le plan climat de TotalEnergies, réhaussant d’un cran la crédibilité de sa démarche d’engagement. Crédit Mutuel évoque l’augmentation de la production d’hydrocarbures, incompatible avec l’Accord de Paris, et l’absence de réinvestissement des profits records de l’entreprise dans la transition énergétique.

doit voter contre le plan climat de TotalEnergies

A travers ses filiales de gestion d’actifs comme Ostrum ou Natixis IM, Natixis et le groupe BPCE sont parmi les principaux investisseurs de TotalEnergies. Ostrum a fait la moitié du chemin en 2021, en s’abstenant sur le plan climat défaillant présenté par TotalEnergies. Cette année, l’urgence climatique ne permet plus une telle tiédeur, d’autant plus qu’Ostrum a pris de nouveaux engagements de sortie des pétrole et gaz non conventionnels en décembre 2021. Ostrum et Natixis IM franchiront-ils le pas et se rangeront-t-ils parmi les acteurs crédibles de l’engagement actionnarial, en votant contre le plan climat de TotalEnergies ?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

 

DES INVESTISSEURS S’ENGAGENT POUR LE CLIMAT

Heureusement, des investisseurs réellement soucieux du climat ont d’ores et déjà annoncé leur intention de s’opposer au plan défaillant de TotalEnergies. 9 acteurs financiers ont pris position en ce sens.

Certains vont même plus loin, comme OFI AM et La Financière de l’Echiquier qui voteront contre le renouvellement d’un ou plusieurs actionnaires. MN, Sycomore AM et La Financière de l’Echiquier s’opposeront également à la rémunération du PDG de TotalEnergies.

Ils s’opposent au plan “climat” de TotalEnergies

 

EN SAVOIR PLUS SUR LE PLAN CLIMAT DE TOTALENERGIES

Pourquoi TotalEnergies n’est pas aligné avec 1,5°C
Nos recommandations aux investisseurs de TotalEnergies
Notre réaction aux dernières annonces de TotalEnergies