PROTÉGEONS L’ARCTIQUE DE L’EXPANSION PÉTRO-GAZIÈRE

SEPTEMBRE 2021

Une enquête de Reclaim Finance révèle que malgré l’urgence climatique,
l’industrie pétro-gazière se développe en Arctique, avec le soutien des banques,
des assureurs et des investisseurs.

Découvrez notre enquête

L’ARCTIQUE EST UNE BOMBE
CLIMATIQUE

Les réserves en gaz et en pétrole découvertes en Arctique pourraient consommer 22% du budget carbone qu’il nous reste jusqu’en 2050 pour limiter le réchauffement climatique à moins d’1,5°C. Plus la fonte des glaces s’accélère en Arctique, plus les réserves d’énergies fossiles deviennent accessibles. Or, plus il y a de projets pétroliers et gaziers en Arctique, moins l’Arctique peut jouer son rôle de climatiseur pour la planète.

En effet, les surfaces blanches de l’Arctique, noircies par la pollution, absorbent les rayonnements solaires au lieu de les réfléchir. Le réchauffement augmentant, la fonte des glaces et du permafrost devient plus rapide. Or en fondant, le permafrost libère de plus en plus de méthane qui, à court terme, a un pouvoir réchauffant 84 plus important que le CO2. C’est un cercle de plus en plus vicieux pour le climat et pour l’Arctique.

IL Y A ASSEZ
DE PÉTROLE
ET DE GAZ EN ARCTIQUE POUR CONSOMMER 22% DE NOTRE BUDGET CARBONE

22% of our carbon budget to stay below 1.5 °C


L’ARCTIQUE, CONVOITÉE PAR
L’INDUSTRIE PÉTRO-GAZIÈRE

 

On dénombre actuellement 599 champs pétroliers et gaziers dans la région Arctique, dans le périmètre précisément défini par l’AMAP (Arctic Monitoring and Assessment Programme). Environ 220 sites sont déjà en production. Malgré les conditions extrêmes et les coûts élevés, cette course frénétique pour exploiter les réserves de l’Arctique pourrait s’accélérer. L’industrie investit actuellement dans 39 nouveaux champs pétroliers et gaziers et 338 autres gisements ont été découverts et pourraient entrer en phase de développement à tout moment. Si les entreprises trouvent les financements et les assurances nécessaires pour exploiter tous leurs gisements, les réserves en production pourraient doubler. 22% de notre budget carbone partira alors en fumée.

L’EXPLOITATION DE L’ARCTIQUE POURRAIT S’INTENSIFIER

the arctic frenzy could intensify

La production de pétrole et de gaz en Arctique s’intensifie déjà : d’ici 5 ans, elle aura augmenté de 20%. En effet, malgré les défis économiques et techniques, il y a plus de 20 “expansionnistes” en train de développer de nouveaux projets en Arctique. Le champion n°1 de l’expansion est Gazprom, le plus gros producteur d’énergie russe et le 2ème plus gros producteur d’hydrocarbures dans le monde en 2020. Environ ¾ de ses réserves en pétrole et gaz sont localisées en Arctique ! Mais les entreprises russes ne sont pas les seules à vouloir s’implanter en Arctique. ConocoPhillips, l’industriel américain, est le 3ème expansionniste en Arctique et prévoit d’augmenter sa production de 36% d’ici 2030. Près de la moitié des entreprises sont européennes avec, en tête, TotalEnergies. D’ici 2030, la major française prévoit d’augmenter sa production en Arctique de 28%.

LES EXPANSIONNISTES DE L’ARCTIQUE

the arctic expansionists


LA FINANCE, COMPLICE DE L’EXPANSION
PÉTRO-GAZIÈRE EN ARCTIQUE

La finance joue un rôle moteur dans l’exploitation des réserves pétro-gazières de l’Arctique. Nous avons mené l’enquête pour déterminer quelles banques et quels investisseurs se cachaient derrière les entreprises en train de développer de nouveaux forages en Arctique. Résultat des courses: entre 2016 et 2020, plus de 120 banques ont octroyé $314 milliards aux entreprises dites “expansionnistes” en Arctique, sous la forme de prêts ou d’émissions d’obligations. A elles seules, les 4 plus grandes banques françaises – BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et BPCE/Natixis ont financé les expansionnistes à hauteur de $32 milliards.

Les entreprises qui développent de nouveaux projets pétro-gaziers en Arctique sont aussi soutenues par de nombreux investisseurs. En mars 2021, des centaines d’investisseurs détenaient $272 milliards dans ces mêmes entreprises en actions ou obligations.

DES CENTAINES DE MILLARDS VERSÉS AUX EXPANSIONNISTES EN ARCTIQUE

billions of dollars channeled to oil and gas companies expanding in the arctic

A elles seules, 30 banques ont octroyé $254.2 milliards aux principaux expansionnistes en Arctique, soit plus de 80% des soutiens totaux. Parmi elles, des banques qui se sont pourtant engagées à restreindre leurs soutiens financiers aux activités pétro-gazières en Arctique : JP Morgan Chase ($18,6 milliards octroyés entre 2016 et 2020, 1er financeur des expansionnistes), Barclays ($13,2 milliards, 4ème plus gros financeur), Citigroup ($12,2 milliards, classé 6ème) et BNP Paribas ($11,8 milliards, classé 7ème). Alors que BNP Paribas et HSBC ont mis en place une politique Arctique depuis plusieurs années, cela ne les a pas empêchées d’être les premiers soutiens bancaires aux expansionnistes en Arctique en 2020.

Parmi les centaines d’investisseurs, les trente plus gros soutiens ont soutenu les expansionnistes de l’Arctique à hauteur de $162,6 milliards. En tête: BlackRock (investisseur n°1 avec $28,5 milliards), suivi de près par Vanguard (21,6 milliards), Crédit Agricole via Amundi ($12,9 milliards et 3ème plus gros soutien aux expansionnistes). Seulement deux des 30 plus gros investisseurs ont une politique en place. Etrangement, alors que la banque Crédit Agricole a une politique d’exclusion en Arctique, sa filiale Amundi n’en a pas.

LE TOP 30 DES BANQUES ET INVESTISSEURS SOUTENANT LES EXPANSIONNISTES
DE L’ARCTIQUE

the top 30 banks and investors supporting arctic drilling


BANQUES ASSUREURS ET INVESTISSEURS
NE PROTÈGENT PAS L’ARCTIQUE

Un nombre croissant de banques, d’investisseurs et d’assureurs s’engagent à limiter leurs soutiens aux opérations pétro-gazières en Arctique, et pourtant les soutiens financiers ne semblent pas diminuer. Les politiques adoptées ne permettent pas de stopper le développement de nouveaux projets en Arctique pour plusieurs raisons.

  1. Aucun des acteurs financiers listés dans le rapport ne s’engage à cesser de soutenir les entreprises qui développent de nouveaux projets pétro-gaziers en Arctique.
  2. Tous les acteurs financiers limitent le champ d’application de leurs politiques à des sous-parties de l’Arctique. Parmi les 100 banques, investisseurs et assureurs analysés, pas un seul ne s’engage à protéger la région Arctique telle que définie par l’AMAP, la seule entité à prendre en compte des facteurs climatiques et environnementaux
  3. Trop d’acteurs financiers s’autorisent encore à soutenir les projets gaziers en Arctique malgré l’impact désastreux des émissions de méthane pour le climat dénoncé par les climatologues du Giec. Même l’Agence Internationale de l’Energie rappelle qu’il faut réduire la production de gaz pour limiter le réchauffement à moins d’1,5°C.

Cliquez ici pour découvrir notre carte interactive, elle vous permet d’explorer les zones d’exclusion des acteurs financiers et de comprendre en quoi elles ne permettent pas de stopper l’expansion pétro-gazière en Arctique.

EXPLOREZ LA CARTE INTERACTIVE POUR COMPRENDRE POURQUOI LES ACTEURS FINANCIERS NE PROTÈGENT PAS VRAIMENT L’ARCTIQUE

a(rtic)map
Cliquez ici pour accéder à notre carte interactive de l’Arctique


PROTÉGER L’ARCTIQUE,
C’EST POSSIBLE

01.

Protéger toute la région l’Arctique de l’expansion pétrogazière.

Afin de vraiment protéger l’Arctique, les acteurs financiers doivent appliquer leur politique d’exclusion au périmètre Arctique qui fait le plus sens sur le plan environnemental et climatique. Actuellement, une seule définition permet de répondre à ces enjeux: celle de l’Arctic Monitoring and Assessment Programme (AMAP), le groupe de travail du Conseil de l’Arctique qui a pour mission de surveiller les changements climatiques et la pollution en Arctique.

02.

Cesser tous soutiens à l’expansion pétrole et gaz, offshore et onshore, upstream et midstream, dans l’Arctique.

Les politiques Arctique adoptées par les acteurs financiers doivent couvrir toute forme de services financiers aux projets, qu’il s’agisse de projets de production ou d’infrastructure associée, de projets pétroliers ou gaziers, de projets onshore ou offshore, upstream ou midstream.

03.

Cesser tout soutiens aux entreprises pétro-gazières développant
de nouveaux projets en Arctique.

Les acteurs financiers doivent s’engager à cesser tout soutien financier pour les entreprises qui ne renonceraient pas à exploiter de nouveaux champs pétroliers et gaziers en Arctique d’ici fin 2022. Toutes les entreprises expansionnistes sont concernées, même celles pour qui le pétrole et le gaz en Arctique représentent une faible part de leur activité.

PLONGEZ AU CŒUR
DE L’ARCTIQUE

Explorez la carte interactive sur l’Arctique
Lire le rapport
Lire le communiqué de presse