Fin août 2020, Reclaim Finance publie un briefing qui révèle l’étendue du lobbying gazier et nucléaire visant la taxonomie durable européenne et met en garde contre une possible réintégration de ces deux secteurs préalablement exclus. Reclaim Finance appelle la Commission à exclure le gaz naturel et le nucléaire de la taxonomie et à couper tous liens avec le lobby des énergies fossiles.

Reclaim Finance a enquêté sur l’influence exercée par les lobbies du gaz et du nucléaire sur la procédure de construction et d’adoption de la taxonomie. Le résumé, intitulé « Dans les coulisses : quand les lobbies du gaz et du nucléaire redessinent la Taxonomie Européenne », présente le résultat de ce travail qui analyse les éléments déclarés par les entreprises, cabinets de lobbying et organisations des secteurs gazier et nucléaire au registre de transparence européen depuis 2018.

Ce qu’il faut retenir :

  • 189 acteurs emploient 825 lobbyistes – 450 équivalents temps-plein (ETP) – et dépensent entre 71.4 et 86.6 millions d’euros par an pour influencer les décisions européennes.
  • De janvier 2018 au 7 juillet 2020, les représentants de l’Union Européenne ont eu 310 rendez-vous avec les acteurs du gaz et du nucléaire, 2.36 par semaine. Depuis la publication du rapport final excluant gaz et nucléaire de la taxonomie, en mars 2020, ils se sont rencontrés à 52 reprises. La fréquence de ces rencontres s’est accrue après la publication de ce rapport, de 2.28 à 2.86 rendez-vous par semaine.
  • Le lobby gazier est particulièrement puissant avec 167 organisations qui dépensent €68.8 millions and €82.9 millions chaque année et emploient 759 personnes – 419 ETPs – pour le promouvoir comme une énergie de transition.

Télécharger la note

Méthodologie : la note repose sur les données publiques du registre de transparence. La méthodologie détaillée est disponible en fin de note.