MS&AD est le plus grand assureur japonais avec US$30.4 milliards (JPY3400 mds) de primes brutes émises en 2020 et des actifs évalués à US$ 212.8 milliards. Ce 25 juin, il a annoncé une nouvelle politique d’exclusion charbon, décidant finalement de complètement arrêter l’assurance de nouveaux projets de centrales à charbon, et ce sans exception.

Un petit pas tel que celui-ci est bienvenue, mais clairement insuffisant. Le chemin encore à parcourir reste long: l’assurance de projets de mines et d’infrastructures de charbon doit également cesser, tout comme l’assurance des entreprises entreprenant de tels projets. Dans le contexte japonais, les institutions financières sont très majoritairement retardataires. Cet engagement, aussi petit soit-il, pourrait donc ainsi être le début d’un changement d’attitude vis à vis du financement du charbon au sein de MS&AD, au Japon, et possiblement en Asie du sud-est: le financement de l’expansion du charbon doit cesser immédiatement.

1. Ce qui est nouveau

MS&AD a annoncé via un communiqué de presse que sa politique charbon a été mise à jour: à partir de maintenant, “il ne fournira plus de couverture d’assurance à aucun nouveau projet de centrale à charbon.”

En septembre 2020, il s’était déjà engagé à arrêter d’assurer de tels projets, mais il avait conservé une cadre d’exception très large qui a maintenant été supprimé.

2. Notre analyse: MS&AD toujours loin derrière

MS&AD est un contributeur majeur du financement du charbon, le premier assureur (non-vie) au sein de l’ASEAN, et un investisseur majeur dans le charbon: US$ 233 millions investis dans 12 entreprises listées dans la Global Coal Exit List, en janvier 2021. Ces entreprises opèrent des centrales à charbon avec plus de 17 GW de capacités combinées (et prévoient 2.3 GW additionels) et extraient annuellement 37.8 millions de tonnes de charbon.

Sa décision d’arrêter l’assurance de tous les nouveaux projets de centrales à charbon va dans la bonne direction. MS&AD est le premier assureur japonais à prendre une telle mesure, et ce avant SOMPO et Tokio Marine, ses deux principaux concurrents qui ont tous deux toujours de larges possibilités de déroger à cette règle. Cependant, le fait que cette politique ne couvre pas entièrement l’expansion du charbon, à la manière de ce qu’Allianz et Axa ont déjà fait, est très décevant. Arrêter d’assurer les nouveaux projets de centrales à charbon est une chose, mais MS&AS doit arrêter d’assurer l’ensemble des entreprises développant de tels projets. S’engager à arrêter l’assurance des nouveaux projets de mines et d’infrastructures charbon et arrêter tout soutien financier aux développeurs de charbon est aussi le strict minimum pour tout engagement sérieux sur le charbon. Il est important de répéter que tout nouveau projet est incompatible avec une trajectoire 1.5°C, comme démontré par les derniers rapports du GIEC et de l’AIE.

La politique de MS&AD échoue à s’aligner avec ce que la science requiert pour respecter une trajectoire 1.5°C. Les recherches de Climate Analytics ont démontré que l’électricité produite à partir de charbon doit être complètement arrêtée d’ici à 2030 en Europe et dans l’OCDE, et d’ici 2040 au niveau mondial. Le récent scénario net-zéro de l’AIE montre le besoin de réduire rapidement la production et la consommation de charbon. Et pourtant, MS&AD échoue à s’engager pleinement à sortir du secteur ou à fixer une trajectoire de sortie progressive du charbon compatible avec l’Accord de Paris, en planifiant de stopper toute couverture d’assurance et tout financement à ce secteur. En cela, MS&AD doit suivre l’exemple d’Axa et d’Allianz qui tous deux se sont engagés à arrêter toute couverture d’assurance au secteur d’ici 2030 en Europe/dans l’OCDE et d’ici 2040 dans le monde.

Clairement, MS&AD est encore à la traîne vis à vis de ses pairs au niveau international. AXA a déjà une politique charbon robuste et prévoit à la fois la fin de tout soutien à l’expansion du charbon, mais aussi l’exclusion immédiate des entreprises les plus dépendantes au charbon.

Les scores de MS&AD dans le Coal Policy Tool

Ce tableau présente les scores de la politique charbon de MS&AD basés sur les 5 critères du Coal Policy Tool

Conclusion: Pas de temps à prendre, la planète ne peut pas attendre

Cette nouvelle politique de MS&AD est très insuffisante pour s’aligner avec les objectifs climatiques de l’Accord de Paris. Il reste toujours des montagnes à franchir, en commençant par la fin de tout soutien à l’expansion du charbon. Tout soutien financier aux nouvelles mines et infrastructures de charbon doit cesser, de même que l’assurance et le financement direct des entreprises développant de tels projets.

Même si SOMPO et Tokio Marine sont maintenant derrière, MS&AD ne peut pas se reposer sur ses lauriers: il doit rapidement rattraper son retard sur les meilleurs pratiques internationales du secteur mises en place par Axa et Allianz.

Pour aller plus loin :