Communiqué de presse – 11 Novembre 2021 – NatWest, sponsor de la COP26 et membre de la Net-Zero Banking Alliance, vient d’annoncer de nouvelles mesures concernant son soutien au secteur du charbon. Si sa décision d’exclure les entreprises ayant des plans d’expansion liés au charbon, si elle est confirmée, représente une avancée certaine, NatWest a manqué une nouvelle occasion de clarifier ses exigences aux autres entreprises du secteur du charbon pour demeurer dans le portefeuille de la banque. Reclaim Finance demande à Natwest de conditionner son soutien à l’adoption d’un plan de sortie du charbon basé sur les actifs et aligné sur l’Accord de Paris, et de reconnaître la principale conclusion du rapport NZ de l’AIE : à savoir que le “net zéro” signifie la fin de l’expansion de l’industrie des combustibles fossiles, y compris le pétrole et le gaz.

NatWest s’est à nouveau engagé à “abandonner complètement le charbon d’ici 2030”. Si la banque semble enfin s’engager à ne pas soutenir les entreprises ayant des projets d’expansion dans le domaine de la production d’électricité ou de l’exploitation du charbon, la manière dont elle compte atteindre son objectif pour 2030 n’est pas claire. Natwest déclare qu’elle sortira progressivement du charbon pour ses clients britanniques qui ont une production de charbon, une production d’électricité à partir de charbon ou une infrastructure liée au charbon au Royaume-Uni d’ici le 1er octobre 2024. Rien n’est dit au sujet de ses clients en dehors du Royaume-Uni.

Selon la Global Coal Exit List, le soutien de NatWest à l’industrie du charbon s’est élevé à plus de 2 milliards de dollars en souscription et en prêts d’octobre 2018 à octobre 2020, dont 846 millions de dollars en faveur de Glencore. Glencore est la 9e plus grande société d’extraction de charbon au monde, responsable de la production annuelle d’environ 120 millions de tonnes de charbon et dépourvue d’un plan de sortie progressive d’ici 2030. Elle a également fait l’objet d’allégations de violations des droits de l’homme, notamment en Colombie. Un autre exemple est celui de RWE, un acteur majeur du charbon en Europe qui n’a aucun plan pour fermer ses actifs de charbon d’ici 2030 et qui poursuit le gouvernement des Pays-Bas pour avoir planifié une sortie progressive du charbon au niveau national.

NatWest s’est à nouveau engagé à cesser de prêter et de souscrire à toutes les entreprises dont plus de 15% des activités sont liées au charbon, ainsi qu’aux principaux producteurs de pétrole et de gaz “à moins qu’ils ne disposent d’un plan de transition crédible (PTC) conforme à l’accord de Paris de 2015 d’ici à la fin de 2021”. Pourtant, alors que nous sommes à moins de deux mois de la fin de l’année 2021, la banque ne fournit toujours pas d’exigences claires ni ne fixe de lignes rouges pour ces plans. Au contraire, bien qu’elle affirme que Natwest engagera ses “clients au cours du quatrième trimestre 2021 pour discuter des résultats de [ses] évaluations”, ainsi que de “la manière dont [elle] peut soutenir leur transition des combustibles fossiles vers des technologies à faible émission de carbone, le cas échéant”, la banque déclare qu’elle est toujours en train “d’évaluer les PTC de ces clients du champ d’application et prévoit de terminer cette évaluation d’ici la fin de 2021”.

Lucie Pinson, directrice exécutive de Reclaim Finance, a déclaré :Le succès de la nouvelle politique de NatWest en matière de combustibles fossiles dépendra de la force de ses exigences en matière de plans de transition crédibles. Si la banque est sérieuse dans ses engagements, elle doit immédiatement cesser de fournir des services financiers aux entreprises qui n’ont pas de plans pour mettre fin progressivement à leurs activités dans l’extraction du charbon et la production d’électricité d’ici 2030, comme RWE et Glencore. Pour l’instant, la crédibilité de la politique est dans la balance : un grand pas vers l’action climatique, ou une politique gruyère truffée de failles.

NatWest s’est engagé à aligner ses portefeuilles de prêts et d’investissements sur des émissions nettes nulles d’ici 2050. Selon le rapport NZ de l’AIE, les centrales électriques à combustibles fossiles sans dispositif d’atténuation devraient être fermées d’ici 2035 dans les économies avancées et d’ici 2040 dans le reste du monde. Les plans de transition de Natwest ne seront crédibles que si la banque exige des producteurs d’électricité qu’ils passent du charbon à un système d’énergie durable et renouvelable, en laissant de côté le gaz comme alternative au charbon.

De même, la crédibilité des plans de transition de NatWest dépend de la fin de la fourniture de services financiers aux majors du pétrole et du gaz qui augmentent leur production et développent de nouveaux projets de combustibles fossiles, car l’alignement sur les objectifs de l’Accord de Paris ne laisse aucune place à l’expansion du pétrole et du gaz. Selon le dernier rapport Banking on Climate Chaos, NatWest est toujours dans le top 50 des banques les plus polluantes au monde, canalisant plus de 13 milliards de dollars de financement de combustibles fossiles au cours des cinq dernières années (2016-2020) et il n’y a pas de tendance évidente à la baisse.

Contact presse :

  • Angus Satow, Responsable Médias, +447847754046.
  • Lucie Pinson, Directrice exécutive, +33(0)6 79 54 37 15, lucie@reclaimfinance.org