Communiqué de presse – Reclaim Finance et Greenpeace France

Jeudi 18 mars 2021 – Le conseil d’administration de Total SE vient d’annoncer dans un communiqué de presse qu’il soumettra “pour vote consultatif” de ses actionnaires réunis en Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire le vendredi 28 mai 2021 une résolution sur “la transition énergétique de TotalEnergies vers la neutralité carbone”. Face à cette stratégie de diversion, Reclaim Finance et Greenpeace France dénoncent une énième tentative de greenwashing et appellent les actionnaires engagés pour le climat à déposer leur propre résolution climat.

Dans son communiqué, le groupe prétend avoir ” pris plusieurs décisions importantes pour soutenir la transformation de Total en une compagnie multi-énergies [et] son engagement dans la transition énergétique” (1).

Pour Lucie Pinson, fondatrice et directrice de Reclaim Finance, “Total n’a pour l’instant que le changement de son nom en TotalEnergies à donner comme gage de son soi-disant engagement pour le climat. La transition écologique ne se paie pas de mots et le greenwashing de Total SE devient intenable. Les actionnaires du groupe engagés pour le climat doivent déposer leur propre résolution exigeant de la part de Total la transparence sur son recours aux technologies industrielles et naturelles de stockage du CO2 et la publication de certaines métriques qui leur sont indispensables pour juger des risques liés à leurs investissements”.

Reclaim Finance et Greenpeace France ont publié fin février un rapport intitulé “Total fait du sale: La Finance complice ?” (2). Ce rapport décrypte les mesures dites climat de Total et démontre l’opposition entre les recommandations des Nations Unies pour une baisse annuelle de 3% et 4% de la production de gaz et de pétrole d’ici 2030 et la trajectoire de hausse de 50% de la production d’hydrocarbures par Total d’ici 2030 par rapport à l’année 2015.

La seule nouveauté annoncée par Total SE dans son communiqué est l’intégration de critères climatiques dans la politique de rémunération du groupe et notamment d’un critère lié à l’objectif de baisse des émissions de scope 3 en Europe dans les règles d’attribution d’actions de performance à Patrick Pouyanné et à l’ensemble des dirigeants du Groupe.

“Aucune précision n’est donnée et il est encore trop tôt pour savoir si les modifications qu’apportera Total à sa politique de rémunération suffiront à contrebalancer les autres motivations de la direction fondées elles sur des cibles en termes de production et d’acquisition de réserves d’énergies fossiles. Mais le problème demeure entier puisqu’il s’agit ici de facteurs de motivation pour garantir l’atteinte des objectifs climat de la société mais aucunement de changer ses objectifs. Quand on fonce dans le mur, qu’on roule à 100km ou 200km ne change pas la donneajoute Edina Ifticene, chargée de campagne pétrole chez Greenpeace France.

Dans son communiqué, Total SE écrit aussi qu’il “permet ainsi aux actionnaires d’exprimer leur avis sur la stratégie en matière de transition énergétique vers la neutralité carbone qu’il a arrêtée pour la Société, tenant compte de certaines attentes exprimées en ce sens et de l’irrecevabilité d’un projet de résolution relatif à cette stratégie qui serait présenté par des actionnaires dès lors qu’il s’agit d’un domaine de compétence propre du Conseil d’Administration.”

L’entreprise est exacte sur un point : les actionnaires ne peuvent pas directement soumettre une résolution sur le climat en Assemblée générale ordinaire, comme ils l’avaient tenté l’année dernière à l’AG de Vinci. L’entreprise avait alors rejeté leur demande. En revanche, les 11 actionnaires coordonnés par Meeschaert en 2020 avaient déposé une résolution en Assemblée générale extraordinaire demandant un changement des statuts de l’entreprise de manière à permettre ensuite une intégration d’éléments liés à la stratégie climat de l’entreprise dans son rapport de gestion. Total SE n’avait pas pu s’y opposer par absence de motivation légale, alors que la direction avait pourtant tout fait pour dissuader ces actionnaires d’aller jusqu’au bout (3).

Contacts média :

  • Lucie Pinson, fondatrice et directrice de Reclaim Finance, +33 6 79 54 37 15
  • Cécile Cailliez, chargée de communication à Greenpeace France, cecile.cailliez@greenpeace.org : 06 13 07 04 29

Notes :

  1. Voir le communiqué de presse de Total SE
  2. Voir le rapport “Total fait du sale: La Finance complice ?”, Reclaim Finance, Greenpeace France, février 2021
  3. Voir l’article Pourquoi la neutralité carbone de Total fait débat, Climatico, Aline Robert, mai 2020.